Skip to content
Aviso: por motivos técnicos e de segurança, este site teve de ser reconstruído de raiz. Algumas das suas funcionalidades e páginas anteriores perderam-se e é possível que algumas ligações tenham sido quebradas.

Attention : pour des raisons techniques et de sécurité, ce site a dû être reconstruit à partir de zéro. Certaines de ses fonctionnalités et des pages précédentes ont été perdues et il est possible que certains liens aient été rompus.

Derniers articles

Facilité pour la reprise et la résilience : à vous, la prochaine génération, de payer

Rui Viana Pereira, 12/02/2022
(Cette traduction est automatique. Elle peut contenir des erreurs et des malentendus. La version de référence est la version portugaise.)

Le plan budgétaire pluriannuel européen (2021-2027) a créé un fonds appelé NextGenerationEU (NGEU) qui met à disposition un total d'environ 806,9 milliards d'euros, dont 723,8 milliards d'euros sont destinés à soutenir le «paquet de relance covid-19», connu sous le nom de Facilité pour la reprise et la résilience (FRR). Ce plan comporte deux tromperies sémantiques :
1) Il ne s'agit pas exactement de lutter contre «les effets du covid-19» ; il s'agit, à proprement parler, de traiter les conséquences économiques, sociales et environnementales des politiques mises en œuvre par les pouvoirs publics ces dernières années, y compris les mesures adoptées pendant la période pandémique.
2) Sur les 723,8 milliards d'euros destinés au mécanisme de relance et de résilience, quelque 42 % sont présentés comme des subventions non remboursables ; les 58 % restants seraient des fonds disponibles pour des prêts aux États membres. La réalité est différente : la totalité du budget du FRR est obtenue par des emprunts contractés sur le marché financier ; il n'y a en fait aucune «subvention directe», tout se résume à un prêt financier ; tout devra être remboursé intégralement et avec des intérêts.

Le ventre est encore fécond d’où a surgi la bête immonde

CADTM, 25/02/2013

«Le ventre est encore fécond d’où a surgi la bête immonde»

25 février par CADTM international

Face aux menaces racistes directes du parti nazi Aube Dorée envers un des membres fondateurs du CADTM Grèce, Moisis Litsis*, le réseau international du CADTM tient à rappeler la gravité de la montée du fascisme, conséquence directe des dégradations sociales imposées par les créanciers au nom de la priorité affirmée au remboursement de la dette sur les droits humains fondamentaux.

Le magazine néo-fasciste « Stohos » a édité « une note biographique » de Moisis mentionnant toutes ses activités politiques et syndicales pendant les deux dernières décennies. Sous le titre « L’ESIEA (l’union des journalistes) a un juif comme trésorier », on poursuit la diffamation clairement raciste avec la déclaration suivante : « Il parle parfaitement hébreu, il adore l’Israël bien qu’il se déclare (mais qui peut le croire ?) antisioniste ! … Aux assemblées générales de l’ESIEA, au lieu de parler des problèmes des journalistes grecs, Moisis Litsis aime parler de l’holocauste juif et de la nécessité de condamner l’aube dorée »

L’aggravation permanente de la crise sociale et économique permet à l’extrême droite de diaboliser les étrangers (immigrants, demandeurs d’asile). Elle recourt à l’antisémitisme afin de chercher des boucs émissaires et dresser un écran de fumée devant les véritables causes des problèmes auxquels le peuple grec est confronté. La cure d’austérité brutale de la troïka envers le peuple grec pousse de nombreux Grecs désorientés vers de nouvelles voies quitte à emprunter les sentiers obscurs du fascisme.

Pourtant, l’objectif déclaré d’Aube Dorée, organisation raciste, ultra-violente et pogromiste est la destruction de toute organisation syndicale, politique et culturelle des travailleurs, l’écrasement de toute résistance citoyenne, la négation du droit à la différence et l’extermination –même physique- des « différents » et des plus faibles.

Ce retour raciste, rétrograde, autoritaire et discriminatoire est une des conséquences les plus inquiétantes du processus de destruction de l’Etat social imposé par les créanciers au nom du remboursement d’une dette en grande partie illégitime.

Le réseau CADTM international exprime toute sa solidarité envers le peuple grec en lutte pour sa souveraineté, contre les plans d’austérité, pour l’affirmation de ses droits et le non paiement d’une dette odieuse et assassine. Nous ne pouvons tolérer plus longtemps les assassinats, l’intimidation et la provocation d’un parti nazi qui siège déjà au Parlement grec.

Nous nous joignons à toutes les voix qui, de par le monde, s’élèvent contre le fascisme rampant en Europe. La lutte contre l’austérité au nom du remboursement d’une dette assassine est indissociable du combat contre le fascisme en Europe.

Toute notre solidarité envers Moisis Litsis, envers le CADTM grec et toutes les forces de gauche en lutte contre les politiques d’austérité et le système qui les génère.

 


Notas:

* Moisis Litsis a été un des principaux animateurs des huit mois de lutte exemplaire des travailleurs du journal Eleftherotypia. Il est également membre fondateur d’AIS (le Comité grec contre la dette-CADTM http://www.contra-xreos.gr/ ) et un des principaux initiateurs du manifeste antifasciste européen. (http://antifascismeuropa.org/manifi... )

Proposition (contre la menace néonazi)

Yorgos Mitralias, 08/09/2012

Nous présentons ici une proposition de Yorgos Mitralias, de Grèce.

CherEs camarades,

Comme vous le savez bien, la Grèce a été transformée, depuis bientôt 3 ans, en un laboratoire européen des plus extrêmes politiques néolibérales.  Leurs résultats n’ont pas été seulement économiques. L’appauvrissement monstrueux de l’écrasante majorité de la population grecque, a été accompagné d’attaques répétées contre les droits et les libertés démocratiques les plus élémentaires, contre le régime démocratique parlementaire et la souveraineté nationale elle-même !

La conséquence de cette véritable tragédie sans précédent en temps de paix, est que l’actuelle société grecque tend à ressembler à la société allemande du début des années trente, a cette République de Weimar agonisante. Rien n’y manque, même une force néo-nazie, l’Aube Dorée, en pleine ascension, qui en quelques mois a réussi à devenir le troisième plus grand parti du pays.

C’est la première fois depuis la fin de la Deuxième Guerre Mondiale et le procès de Nuremberg qu’apparaisse au cœur de notre continent et devienne aussi fort un parti professant ouvertement le nazisme le plus violent, faisant l’apologie de chambres à gaz et d’Auschwitz, organisant des troupes d’assaut appelés...SA, et promettant d’exterminer immigrés, Roms, juifs, homosexuels, minorités nationales et militants de gauche !  Désormais, la menace est trop réelle et directe pour qu’on puisse l’ignorer.

Cependant, le problème que constitue la montée impétueuse de l’Aube Dorée n’est pas uniquement grec. La Grèce étant transformée en laboratoire européen, tout ce qui se passe à l’intérieur de ses frontières est condamné à être exporté, néonazisme inclu. Mais, il y a plus que ca. Politiques d’austérité draconienne aidantes, presque partout en Europe, on assiste au renforcement de l’extrême droite. En somme, le problème est général, européen…

Voila donc pourquoi nous croyons que c’est impossible de se mobiliser et se battre contre les politiques néolibérales, sans se mobiliser et se battre en même temps contre la menace néonazie et le fascisme ! Et c’est pourquoi nous proposons d’inclure l’antifascisme militant aux 4-5 pylônes du processus de l’Alter Summit pour une Autre Europe.

Cette fois, l’histoire ne doit pas se répéter ! NO PASSARAN !

Yorgos Mitralias, au nom de quelques mouvements sociaux grecs

Ce site utilise des cookies pour mieux marcher