14/11/2011

Manifeste

CADPP – Comité pour l'Annulation de la Dette Publique Portugaise

 

Le CADPP est un groupe de citoyens dont le but est de promouvoir:

  • L'étude du processus d'endettement national et le débat public autour de ses alternatives;
  • La mise en place d'un audit citoyen sur la dette publique, impliquant une suspension du payement de la dette;
  • L'annulation immédiate de la dette illégale, illégitime et odieuse en regard du droit national et international;
  • L'élimination des facteurs d'endettement national;
  • La solidarité et la coordination des efforts avec les mouvements sociaux, nationaux ou internationaux

Nous vivons une époque de profonde crise économique et financière; une époque où l'endettement public semble être devenu une fatalité; une époque de démantèlement de l'État social et des valeurs humanistes et humanitaires les plus élémentaires. Nous assistons à la destruction des droits et des principes fondamentaux souscrits par la majorité de la communauté internationale il y a plus de cinq décennies.

Il y a urgence à trouver des solutions à la crise de la dette. Cette urgence est directement proportionnelle à la croissance de la misère, à l'abandon et à la détresse des populations.

Le premier pas vers la résolution de la crise doit être, selon nous, la réalisation d'un audit citoyen, impliquant la suspension puis l'annulation du paiement de la dette publique.

La signification de l'audit citoyen

Selon les déclarations des pouvoirs institués, toutes les dettes publiques sont contractées au nom des populations. C'est donc à l'audit citoyen de vérifier si ces dettes bénéficient effectivement à l'ensemble de la population. Si cela ne se vérifie pas, la dette est illégitime. Selon la justice la plus élémentaire, ce n'est pas le citoyen commun qui doit rembourser des dettes qui ne sont pas les siennes, et qui ont été contractées pour le bénéfice d'intérêts particuliers.

L'audit citoyen doit enquêter sur le caractère illégal ou illégitime de certains aspects de l'endettement. Les entités responsables pour ces crimes, qu'elles soient individuelles ou collectives, doivent être traduites en justice.

Il revient aussi à l'audit citoyen de garantir que ce processus soit transparent et accessible à la compréhension de tous. Les travailleurs payent cette dette d'une forme immédiate; ils ont le droit de connaître d'une forme tout aussi immédiate la raison (ou la déraison) des paiements et des sacrifices qui leurs sont exigés.

C'est pour cela que l'audit citoyen doit être fait par des citoyens communs et des mouvements civiques, par les personnes directement concernées, celles qui payent le gros de la dette. C'est aux mouvements civiques comme le CADPP, aux spécialistes et aux milieux académiques de fournir l'appui technique nécessaire; mais l'audit citoyen doit naître de l'implication directe de la population, organisée en mouvements autonomes. Sinon le processus de l'audit citoyen tournerait à l'échec, finissant par servir une fin particulière, personnelle ou politique.

Il faut souligner que l'audit citoyen n'est pas une fin en soi. Il ne s'agit pas simplement de régler des comptes, mais d'éclaircir un processus d'endettement aux contours douteux. L'audit représente un petit pas transitoire dans un long parcours qui vise la transparence politique, le bien-être des populations, et la fin de tous les processus d'endettement public.

La nécessité de la suspension immédiate du paiement de la dette

Il n'est pas logique de présenter une dette et d'effectuer son paiement, sans que soit connue son origine ni expliqués ses multiples aspects. En tant que mesure de bon sens élémentaire, nous exigeons la suspension immédiate de la dette, pour qu'un processus d'audit citoyen puisse avoir lieu.

Au restaurant ou à la banque, personne ne signe d'une croix un chèque pour payer une dette dont la valeur, l'origine, le processus de formation et le nom du créancier sont inconnus.

La signification de l'annulation

Le refus unilatéral de la dette doit constituer la réponse immédiate aux actes d'endettement illégitimes, illégaux et odieux en regard des lois nationales et internationales.

Au-delà de l'illégitimité strictement juridique, il faut dénoncer l'illégitimité politique d'une dette qui résulte de l'instrumentalisation de l'État en faveur d'intérêts privés, implique la recapitalisation des banques privées au détriment des contribuables et le transfert systématique de toutes les ressources publiques vers le secteur privé.

Le refus de ces parcelles de la dette serait inutile si, après cette crise de la dette, une autre survenait et ainsi de suite. L'annulation de la dette doit viser plus loin; elle doit faire un pas dans le sens de la recherche d'alternatives (économiques, financières, politiques) pouvant mettre fin, une fois pour toutes, aux sources et aux processus d'endettement.

L'audit citoyen et l'annulation de la dette ne sont pas des questions isolées – elles rejoignent d'autres questions : celles de la souveraineté alimentaire, de l'économie alternative, de la finance éthique, de l'indépendance chimique et financière, des énergies renouvelables, de la fin du statut indépendant ou privé des banques centrales, du contrôle collectif des institutions financières, etc. Le CADPP se propose de réfléchir et d'agir en syntonie avec les mouvements et organisations sociales qui interviennent autour de ces questions, afin de trouver collectivement des formes pouvant mettre fin aux mécanismes d'endettement permanent.

Le processus d'annulation et de répudiation de la dette publique doit sauvegarder les intérêts des petits investisseurs. Beaucoup d'entre eux sont des travailleurs qui ont investi l'épargne de toute une vie de travail, et n'ont pas de responsabilité directe dans la spirale de l'endettement. Il serait injuste de pénaliser ces investisseurs isolés pour les manœuvres promues par les grands intérêts financiers.

Principes et objectifs

La lutte contre la spirale infernale de l'endettement se perdra en chemin si elle ne suit pas des principes généraux plus vastes, allant au delà du problème strictement financier et contable de la dette.

Ces principes sont ceux de la justice sociale, de l'égalité, de l'autodétermination et de la souveraineté des peuples, de la solidarité et de la coopération internationale, de la paix, du respect de la nature, et de la subordination des intérêts économiques privés aux intérêts généraux des populations. Ces principes doivent être immuables et structurants dans toutes les actions et propositions d'alternatives à l'endettement; ils n'admettent pas d'exception ni de suspension. Le déficit national repose en grande partie sur un déficit de démocratie et de justice.

Nous voyons fréquemment des commentateurs et des organisations d'activistes se déclarer comme vaincus, affirmer que le paiement de la dette est inévitable et proposer sa restructuration ou sa renégociation, n'ayant pas trouvé de solution alternative dans le cadre limité d'une vision "économiciste", d'une idéologie qui réduit tous les intérêts sociaux et politiques à la dimension économique des faits sociaux. Mais, la crise de la dette peut être vaincue à la faveur du bien-être et du développement des personnes, et non des intérêts économiques. Ainsi l'a démontré l'histoire récente de certains peuples qui ont choisi de ne pas payer des dettes illégitimes et qui ont déchiré la «carte de crédit de l'État», mettant fin à la spirale de l'endettement, sans pour autant tomber dans le chaos, la banqueroute ou la misère.

Encadrement international

Plusieurs organisations d'autres pays combattent le problème de la dette. La crise de la dette impliquant un réseau financier international, nous chercherons à maintenir des relations étroites avec ces organisations sœurs, comme le CADTM, et nous chercherons particulièrement à créer des liens avec les pays de la périphérie européenne.

 

Lisbonne, 01-11-2011,

Alberto Lopes ::: Alexandre Wragg Freitas ::: Ana Rajado ::: Filipa Lopes ::: Flávio Trindade ::: José Luís Fernandes ::: Luciano Silva ::: Maria João Costa ::: Patrick Figueiredo ::: Raquel Varela ::: Renato Guedes ::: Renato Teixeira ::: Rui Viana Pereira ::: Sónia Sofia Ferreira

 


Souscripteurs et partisans du Manifeste

 


Traduction en français: Patrick Figueiredo + Justine Lemahieu

Subscribe to Syndicate