19/02/2012

Proposition Comite grec contre la Dette

Athènes, le 17 février 2012

CherEs amiEs, cherEs camarades,

Nous, le Comité grec contre la Dette, prenons l’initiative de nous adresser à vous tous, en vous proposant de decider, préparer et d’organiser une grande, unitaire, combattive et massive journée européenne de solidarité au peuple grec, et en même temps d’action contre les politiques d’austérité, de privatisations et de démantèlement des services publics dans toute l’Europe, avec comme d’ordre l’annulation de la dette publique grecque.

Le pourquoi de notre proposition est évident : prenant la dette grecque comme prétexte, la Troïka, c'est-à-dire le FMI, la Banque Centrale Européenne et la Commission Européenne ont transformé la Grèce en un laboratoire des politiques d’austérité barbare les plus inhumaines, antidémocratiques et antisociales.  En testant l’endurance et la capacité de résistance du peuple grec, qu’elle a transformé en cobaye, la Troïka ouvre le chemin  à la généralisation de l’application de ces mêmes politiques partout en Europe.  Pourtant actuellement, c'est-à-dire deux ans après le lancement de cette agression frontale contre le « cobaye » grec, il n’y a plus de place pour le moindre doute : dans les rues et les places grecques n’est pas joué seulement le sort de la société grecque, de la souveraineté nationale et de la démocratie grecque si brutalisées, le sort du peuple grec, des travailleurs et retraités, des chômeurs, des jeunes, des femmes et de tous les opprimés de notre pays. Ce qui se joue aussi est le sort de l’immense majorité des citoyens Européens, auxquels la Troïka, la réaction antidémocratique et le grand capital sont en train de réserver le même futur.

 

Alors oui, nous n’avons pas peur de le dire : ce qu’était en 1936 l’Espagne pour l’Europe de « ceux d’en bas », la Grèce en lutte de 2012 tend à le devenir pour l’Europe d’aujourd’hui ! En 1936, il y a eu défaite parce que la résistance espagnole au fascisme triomphant est restée tragiquement seule et sans aide.  Inutile qu’on vous rappelle les conséquences cauchemardesques qu’a eu la défaire d’alors du « cobaye » espagnol et les plaies ouvertes qu’elle a laissé derrière elle jusqu'à aujourd’hui.

La question que nous vous adressons est donc simple : Est-ce que nous sommes disposés à accepter aujourd’hui que l’histoire se répète, est-ce que nous pouvons accepter une défaite écrasante  de l’actuel « cobaye » grec, qui aurait des conséquences tragiques et à long terme pour tous les peuples et tous les travailleurs d’Europe ?

 

CherEs amiEs, cherEs  camarades,

Nous sommes sûrs que votre réponse sera un NON retentissant. Pourtant, ceci n’est plus suffisant en l’état actuel des choses. A l’heure où le temps presse désespérément  car le peuple grec n’a pas des marges illimitées de résistance face à un ennemi de classe international surarmé et très bien organisé et coordonné, la situation exige une première manifestation européenne de solidarité en actes directe, sonore et de masse.  En d’autres termes,  on a -enfin- besoin d’une mobilisation à l’échelle européenne de « ceux d’en bas », qui aurait une double fonction : D’un coté, montrer aux grecs en lutte qu’ils ne sont pas seuls, que leur combat fait partie d’un combat plus large de tous les opprimés européens, et donc qu’ils ont plus de chances de vaincre.  Et de l’autre, constituer le premier pas et le point de départ pour la création et le développement du mouvement européen de résistance de masse dont nous avons tous tellement besoin !

 

Ayant tout ca en tète, nous croyons cherEs amiEs et camarades que la rencontre du 7 avril à Bruxelles des campagnes d’audits des pays européens d’Afrique du Nord offre la très bonne occasion pour discuter mais aussi pour adopter et faire avancer notre proposition  afin qu’elle soit appuyée par le plus grand nombre de mouvements sociaux ainsi que des forces sociales, syndicales et politiques de notre continent…

 

En espérant que votre réaction sera positive, nous attendons donc votre réponse ainsi que toute autre idée, proposition ou initiative de votre part.

 

Salutations fraternelles

Le Comité grec contre la Dette (www.contra-xreos.gr)

Fontes e referências: 

Comité grec contre la Dette (www.contra-xreos.gr)

Secção: 
Editores: 
Temas: 
Subscribe to Syndicate